• Paris, 15 Janvier 2004 - La Vie Est Courte (17)

    Cher Anerik,

     

    Je sors d’un débriefing téléphonique indispensable avec Lui. Bénéfique et salvateur. Même si je reconnais que c’est plutôt dur. Dur parce que je suis bien chez moi et bien avec Lui. Comme je vous l’ai déjà dit je ne peux m’empêcher de penser à une double vie réelle, j’aimerais tant pouvoir exposer ça au grand jour. Partager mon bien être avec tous…. Y compris ma famille. J’ai envie de crier tout ça. 

    J’aimerais pouvoir lui expliquer cela. Mais j’ai peur qu’il s’inquiète... Le fait que j’extériorise tout, parfois même en exagérant, m’aide beaucoup à tempérer. A m’apaiser. Notre conversation, malgré son issue plutôt positive, m’a un peu remuée et j’ai besoin de le dire. J’ai besoin de dire que j’ai envie d’être la seule qui occupe son esprit, que je le bouleverse et suis la seule à le faire, qu’il décrocherait la lune pour moi. Il en fait déjà beaucoup vous savez… Mais je suis comme ça. L’exclusivité. La jalousie -tempérée. Alors j’espère qu’il comprendra que oui, notre conversation m’a un peu ébranlée. Et si je veux lui dire tout ça ce n’est pas pour qu’il croie que les choses changent de mon côté ou que je suis du genre à faire des scènes… Loin de là. C’est uniquement parce que je ne veux rien cacher, rien enterrer, rien enfouir. Pour ne pas que cela explose un jour comme un volcan. Je contrôle le flux d’émotions qui me traverse chaque jour de cette manière.

     Je suis passionnée, entière, impulsive, et chaque mot, chaque regard ou silence peu provoquer chez moi une euphorie intense comme une descente aux enfers vertigineuse. Je sais tout cela de moi et le gère ainsi. J’espère ne pas l’envahir trop avec mes mots, mes états d’âme et mes questionnements. J’avance dans la vie avec ces embûches, et j’ai besoin de les visualiser. De les comprendre. De les partager. J’en profite aussi pour dompter les mots, les phrases, et  vous faire partager tout ça… Etrange période que ma vie en ce moment…. Et ravie que vous soyez là. Parce qu’il y a des choses que je ne peux partager qu’avec vous. Même mes nouvelles amitiés ne m’apportent pas ça. Nos échanges, toujours si bien écrits.  Et malgré l’arrivé de mon nouvel amour, que vous soyez resté mon confident.

    Je suis heureuse et encore surprise de l’avoir rencontré et tellement honorée qu’il porte autant d’attention sur moi…. J’ai peur aussi bien sûr, de la tournure que pourrait prendre notre histoire. Peur de le perdre si nous nous éloignons, peur que l’on s’attache au point que cela doive bouleverser ma vie et changer tout. 

     J’ai peur mais j’avance quand même, en évitant d’y penser. Une des rares choses que je botte en touche. Pas par déni, mais simplement parce que quoi qu’il arrive on n’y pourra rien. Si l’un de nous -ou les deux- se détache de l’autre on ne pourra pas lutter. Et si nos sentiments grandissent et nous amènent à changer de vie et partir ensemble, on n’y pourra rien non plus. Alors vivons le moment présent et profitons. La vie est courte.  

     

     To Be Continued...

     

     

    Pour suivre l'intégralité des correspondances : http://lafraise.eklablog.com/mlle-butterfly-c24555504

    « J'ai Lu ADC#TeamEcriture - Jeu à 22 Mains »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :