• Paris, 1er Février 2004 - Le Déchirement (20)

    Cher Anerik,

     

     Le doute m’envahit. Je le trouve à nouveau un peu distant et cela m’effraie. Je suis angoissée et comme toujours je me renferme sur moi-même. Mon homme s’interroge et je prétexte le stress de mon travail mais je ne suis pas fière de mentir tout le temps ainsi. J’avance à tâtons. Ma vie est un brouillard dont la seule lueur me semblait être Lui et depuis ce matin il m’échappe. Je n’aime pas quand il a cet air froid. J’ai peur qu’il n’ait plus autant envie que moi de s’investir dans cette histoire. Entendre sa voix m’aiderait sans doute à relativiser, mais nous évitons quand je ne suis pas seule. Trop dangereux. Il n’aime tellement pas quand je prends des risques… Son côté à la fois protecteur et donneur de leçons. Je bascule dans l’enfance dans ces moments là. Prise la main dans le sac de bonbons.

    Je vous imagine sourire à la lecture de cette expression… J’essaie de formuler ça avec humour en effet mais je n’en mène pas large. Je suis fébrile. A fleur de peau. Les questionnements, les incertitudes envahissent mon esprit. J’ai récemment prétexté un déplacement professionnel pour passer plusieurs jours avec Lui. Le mensonge a été accepté sans aucun doute visible, mais il m’a fallu quelques temps pour m’en remettre. J’en ressens encore une culpabilité sans borne et à la fois je ne peux rien y faire… C’est plus fort que moi. Je pense à Lui chaque minute de mes journées, chaque seconde de mes nuits. Mon esprit m’abandonne et je ne fais rien pour le retenir. Je perds le sourire au quotidien, ne le retrouve que quand je suis en contact avec Lui. Je n’ai plus envie d’être avec ma famille, que j’aime pourtant d’un amour incommensurable. Contradiction. Chaque  jour qui passe je me fais violence pour ne pas m’enfuir. Je déplore cette situation à un point tel que je n’ose plus parler à personne… Je me retranche sur moi-même et n’oublie tout cela que lors de mes escapades avec Lui. Que je n’arrive plus à vivre pleinement, d’ailleurs, tant la culpabilité me ronge...

    Aujourd’hui j’ai eu besoin de partir, de me retrouver seule. Je leur ai menti. A ma famille, ce n’est pas la première fois, mais à LUI aussi. Pour ne pas qu’il me dérange. Pour tenter de réfléchir et de voir clair dans tout ça.  Le résultat n’est pas très concluant, cette coupure m’ayant torturée au point que j’ai eu besoin de l’appeler. J’ai retenu mes larmes,  ai hésité avant de rentrer chez moi. Hésité. Prête à courir le rejoindre. Sachant très bien, au fond de moi, que partir avec Lui n’est pas ce que je veux. Ce déchirement me tue. Je sais que j’ai franchi les limites et je m’en veux. Je ne sais plus quoi faire. La situation est irréversible et une décision ferait souffrir tant de monde, moi la première... Mais je ne supporte plus ce que je vis. Déchirée entre deux amours. Partagée entre deux vies. Choisir l’une ou l’autre. Perdre une partie de moi au passage. Aidez moi.

     

    To Be Continued...

     

    Pour suivre l'intégralité des correspondances : http://lafraise.eklablog.com/mlle-butterfly-c24555504

    « Paris, 25 Janvier 2004 - La Mélancolie (19)Paris, 2 Février 2004 - Quelle solution ? (21) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :