• Paris, 30 Décembre 2003 - Lui (14)

    Cher Anerik,

     

    Milieu de nuit, je suis épuisée mais je ne dors pas. Alors je vous écris. Il n’y a qu’à vous que je peux écrire. Lui m’a demandé de le faire mais je n’ose pas… J’ai l’impression qu’il n’y a qu’à vous que je peux me confier. Pourtant j’aimerais lui dire comme il me manque…. Cette journée a été si mélancolique. Vous n’êtes pas rentré de votre voyage et je ne sais donc toujours pas l’impact qu’a cette histoire sur vous.  Je détesterais vous perdre.

    Toute seule devant mon écran, je relis mes conversations avec lui et je regarde ses photos. J’ai envie de me jeter dans ses bras. Qu’il me serre fort. Une vraie gamine.. A guetter ses messages, à vouloir l’appeler constamment… Et en même temps cette incroyable capacité à vivre ma vie normalement. Cela finit par me donner des idées… Dans un monde parallèle je pourrais avoir une double vie. Ma famille la semaine et Lui le week-end. Seulement des escapades magiques, des parenthèses enchantées. Ses baisers fougueux, ses mains sous ma jupe dans les escaliers. Ses bras puissants. Ses étreintes si tendres. J’ai envie d’aller partout avec Lui, de tout découvrir. Un vrai stéréotype. La renaissance de la ménagère en manque de frisson.

    Mais bien sûr pour moi ce n’est pas pareil. Ce n’est jamais pareil. On s’imagine toujours que les stéréotypes ce sont les autres. En attendant les envies sont là. Les constatations aussi. J’aime être avec Lui. J’aime tout ce que j’ai vécu. Les restaurants, les balades, les ruelles délicieuses plaquée contre un mur. Nos étreintes  debout qu'il aime tant. Les draps souillés. Ses bras à mon réveil. Son regard sur moi. Il dit que mes yeux lui parlent énormément mais les siens me disent tant de choses aussi… J’ai envie de tout savoir sur Lui. Il m’en a déjà dit, un peu, mais j’aimerais le connaitre par cœur. Combler ses envies, ses manques, ses désirs. Le rendre heureux. Il a été surpris par ma décision de rester avec Lui ce week-end et je le comprends. J’étais tellement affirmative sur la suite que je voulais donner à cet évènement… D’une part parce que je ne me sentais pas prête, il est vrai. D’autre part –et surtout- parce que je ne voulais pas que la découverte de nos corps se fasse à la va-vite. Je tenais déjà trop à Lui pour gâcher ça. Alors quand notre première vraie journée ensemble a commencé à se dérouler comme dans un rêve, j’ai voulu le prolonger. J’ai changé d’avis. Tellement en confiance, dans un premier temps. Détendue. Décomplexée. Entre parenthèses. Et en envisageant que ce rêve pouvait être prolongé, le contexte devenait idéal pour que nos peaux se trouvent. Enfin. Tendrement. Brutalement. Amoureusement. Car oui, il y a bien des sentiments là dedans… C’est ce qui me fait être aussi bien avec Lui. Ce qui me fait aimer son côté animal, bestial. Moi qui suis plutôt accro à la douceur. Je deviens une autre avec Lui. Comme avec vous, mais cette fois en vrai. Une autre moi endormie, dans un coin de mes entrailles, celle qui gère les papillons dans mon bide. 

     

    To Be Continued...

     

     Pour suivre l'intégralité des correspondances : http://lafraise.eklablog.com/mlle-butterfly-c24555504

    « Paris, 30 Décembre 2003 - L'Autre (13)Paris, 10 Janvier 2004 - L'Amant ? (15) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :